INTERVIEW
Rencontre avec Fabien, moniteur Evolution 2 depuis 20 ans et sportif de l’extrême.
Cette année, c’est avec fierté qu’Evolution 2 le soutient financièrement et matériellement dans son projet
Natureman Var Explorer - un raid aventure de 370 km entre natation, vélo, VTT et trail.

Véritable passionné et sportif enthousiaste,Fabien retrace pour nous ses dernières aventures,
son équilibre vie pro / perso, et ses prochains défis.
De quoi donner envie de s’embarquer, nous aussi, dans un projet un peu fou..

Temps de lecture : 10min

Hello Fabien, tu te présentes en 3 mots ?

Je m'appelle Fabien, j'ai 43 ans. Je suis moniteur de ski chez Evolution 2 depuis 20 ans, et pilote d'hélicoptère.

Côté parcours, j’ai d’abord été prof d’EPS, puis j’ai passé mon test technique en 99. J’ai commencé à bosser comme moniteur de ski à Tignes en 2000, et je suis devenu pilote d’hélico en 2005. Pilote d’hélico est maintenant mon métier n1, et moniteur de ski quand j'ai du temps.

Ça a bien changé Evolution 2 depuis 1999, non ?

Ouais, ça a bien bougé. S’il y a un truc qui a bien changé, c’est les tenues. Je me rappelle encore de ma première tenue Evolution 2, c'était une Helly Hansen noir avec des bandes orange. [clin d’œil]

Mais oui, ça a changé, et c'est bien. C’est bien d'évoluer. D’ailleurs, un slogan qui serait top pour Evolution 2 - et c'est mon père qui m'a sorti ça un jour : « Evolution 2 c'est comme une révolution sans en avoir l'air ». C’est pas mal hein ? Tu captes, « sans la lettre R, révolution, évolution ». Suggestion à garder si jamais vous cherchez un nouveau slogan.

Un petit point sur tes derniers projets sportifs ?

Le sport c'est mon truc depuis toujours. Avant, j’étais judoka. Puis quand je suis arrivé à Tignes, en plus du ski, je me suis mis au squash. Les sports d'endurance c'était pas du tout mon truc à l’époque, je préférais les sports d'explosivité.

Le déclic de l’endurance ça a été une rencontre au Canada. Je jouais au squash avec un mec là-bas, Bob. Il avait 60 balais, mais c’était impossible de l’épuiser sur le terrain. Quand je lui ai demandé son truc, et il m'a dit « je fais des IRONMAN ». Il m’a expliqué ce que c'était parce que je ne connaissais pas... et voilà.

L'année d'après, en 2012, j'ai acheté mon premier vélo de route. J'ai commencé direct par un Half IRONMAN, et puis je me suis blessé au genou parce que je faisais du trail en même temps... Je ne pouvais plus courir, alors j'ai complètement arrêté.

J'ai repris en 2018 avec un IRONMAN. J’en ai fait 4 depuis, en 2018 et 2019, puis en 2020 tout a été reporté ou annulé. Du coup, j'ai tenté autre chose : la Race Across France (RAF) à vélo. La RAF c'était 2600 km et 40 000 m de dénivelé en 8 jours et 16h. Génial.

Cette année, Evolution 2 t’accompagne sur un projet encore différent. Tu nous en parles ?

Oui, cette année je reviens au triathlon. Je me suis inscrit sur ce format Natureman où ils ne sélectionnent que 50 personnes. Le concept est génial, à la fois aventure et défi longue distance. Le Natureman Var, c’est 12 étapes en format ultra : on va enchaîner 3 fois natation / vélo de route / VTT / trail, le tout en moins de 48h. Au total, c'est 370 km et 10 000 m de dénivelé positif.

Le Natureman c’est aussi un état d’esprit. Ceux qui sont trop dans la compet ne sont pas sélectionnés. Il faut vraiment y aller dans l'esprit aventure, défi et partage. L’objectif c’est de terminer et de se surpasser, on n’est pas là que pour courir après le chrono.

De mon côté, j’aimerais bien terminer avant la nuit du 2e jour – ça fait vers 19h30 en septembre. J’ai calculé, ça me donne 36h pour finir. Sportivement, je pense être capable de boucler parcours en 27h, mais il faut ajouter les ravitaillements et les temps de sommeil. Donc sur cette base, 36h ça me semble faisable.

En tous cas, l’organisation est canon. On va être suivis par une chaine de télé, avec un plateau en direct commenté par Patrick Montel. On aura des petites radios pour nous interviewer pendant le raid, et une balise GPS pour nous suivre en direct. Il y a Nathalie Simon qui participe aussi, sur l’épreuve féminine en équipe.

Comment tu concilies entrainement et vie pro / perso ?

Je ne travaille pas trop [sourire]. En vrai, j'ai eu un crash d’hélico qui m’a bien fait relativiser. Avant, je travaillais beaucoup. L’hiver, je ne prenais quasiment aucun jour de récup, et l'été je travaillais beaucoup aussi. Après ce crash, je me suis calmé sur le travail. Alors je gagne beaucoup moins d'argent, mais j'ai beaucoup plus de temps, je suis beaucoup plus heureux et je fais beaucoup plus de sport qu'avant.

Et puis parfois, je me lève aussi à 6h du mat pour faire du home-trainer avant d'aller bosser. Ça m’arrive d’aller faire du ski de fond ou d’aller nager entre un stage YETI le matin et un stage de ski adulte l’après- midi. Ça fait des grosses journées, mais j’adore ça.

Plus sérieusement, quand on se donne les moyens tout est faisable. C’est sûr qu’après 8h d’enseignement, y a des jours où le soir c’est difficile. Mais avec un bon entrainement, il n’y a pas besoin de faire tant d’heures. Et puis, c’est l’avantage des saisons : à moins que le gars enchaine sur une autre saison complète du 1er mai à fin novembre, l’été on a quand même plus de temps.

Tu connais d’autres pros Evolution 2 qui s’embarquent dans des défis sportifs comme ça ?

Non, le seul que je connaisse qui relève des défis comme ça c’est Fred Horny, de Val d’Isère. Il mérite vraiment qu’on parle de lui. Fred, il se crée ses propres défis. Il part en VTT dans des endroits du monde qui n’ont jamais été fait en vélo. C’est ça son délire : aller ouvrir des sentiers, des singles, et partir en voyage avec son VTT.

En 2002-2003 à Val d’Isère, il y avait un moniteur, Guillaume je crois, qui voulait passer guide. Il était parti faire l’Everest, et c’est le seul que je connaisse qui ait été sponsorisé par Evolution 2. Mais c’est super que ça puisse reprendre. Si on peut inspirer d’autres moniteurs à monter des projets avec Evolution 2, c’est super.

Et puis je suis sûr qu’ailleurs chez Evolution 2, il y a des gens qui font des trucs sympas. Mais on ne connait pas tout le monde, les têtes ont changé, et il y a pleins de petits jeunes qui arrivent derrière pour faire des belles choses.

D’autres projets à venir de ton côté ?

En off, pleins ! J’aime ce genre de délires. Là, je pense aller faire un bike & run avec 2 copains autour du Lac Léman : ça fait 180km total, donc chacun 60km à pied & 120km à vélo.

Il y a aussi l'ÖTILLÖ. C’est un swim & run en Norvège. Il y a un reportage de France 2 dessus : «L'enfer de l'ÖTILLÖ». On nage dans une eau super froide et la distance à pied est monstrueuse. Comme ma spécialité c’est plutôt le vélo, ce serait un sacré défi.

Et puis pourquoi pas monter une team Evolution 2 pour participer à des raids ? Il y a pleins de trucs en relais. Regarde : toi tu nages, moi je roule et je cours, y a des kayakistes, des spécialistes du trail ... je suis sûr qu’on peut embarquer du monde. Et même Hervé [fondateur de la marque Evolution 2, ndlr], c’est un bon sportif lui aussi. Ce serait un bon truc ça.

Est-ce que tu parles de ce genre de choses à des clients ?

Non, même pas. On parle surtout de ski, et puis de tout et de rien. Il faut dire que le plus souvent, j’ai des YETI [stages collectifs enfants, ndlr] ... alors pas évident de parler IRONMAN. Mais c'est vrai que on ne parle pas trop de ça même avec les adultes. Ça arrive de parler vélo, il y a beaucoup d'anglais passionné de vélo, mais on parle quand même plutôt de ski.

Un petit mot pour la fin ?

J'espère franchement que ce genre de projet va en inspirer certains d’Evolution 2. On est quand même dans des métiers du sport outdoor... Je suis sûr qu'il y en a plein qui ont des défis perso comme ça, et qui n’osent pas, ou qui n’ont pas les moyens financiers de les concrétiser.

Ce serait génial qu’Evolution 2 continue à sponsoriser des projets. Ça apporte quelque chose à la fois au pro et à Evolution 2, ce serait dommage de passer à côté. J'espère que ce sera le début d'une grande aventure avec plein de beaux projets qui font rêver. Et puis si d’autres ont des idées où il leur manque du monde, faites-moi signe. ;)

 

>> RDV le samedi 25 septembre à 5h00 pour le départ de Fabien sur le Natureman Var Explorer 2021.

Other related articles